Guide d’utilisation et d’entretien de votre tambour chamanique

tambour-chamanique-amerindien-peuple-premier

Les tambours chamaniques sont des instruments de musique atemporels. Utilisés depuis la nuit des temps par les peuples premiers, ils sont aujourd’hui devenus très populaires grâce notamment au film sur la vie de Corine Sombrun : « Un monde plus grand ». 

Voici un guide d’utilisation du tambour chamanique qui vous aidera à mieux le comprendre, connaître son histoire, ses origines, de façon à en tirer le meilleur. 

tambours-chamaniques-image-collection

Définition du Tambour Chamanique 

Le tambour chamanique est un instrument vivant, fabriqué à partir d’une peau de bête ( souvent du bison) étirée sur un cadre en bois. Il existe des tambours de différents diamètres allant de 30 à 60 centimètres.

Il appartient à la famille des instruments de percussion en musique.

Dans la tradition chamanique, le tambour est un objet rituel permettant au chamane d’activer ses pouvoirs. 

Il lui permet d’entrer en transe afin d’accéder au monde invisible des esprits.  

paysage-abstrait-feu-sacré

Origines du Tambour chamanique 

Le tambour chamanique figure parmi les premiers instruments de musique qu’ait connu l’humanité, aux côtés des rhombes (sorte d’instrument à vent utilisant le frottement de l’air pour produire du son), des flûtes, des sifflets et des racleurs. 

Des fresques murales de grottes préhistoriques ont pu identifier l’utilisation de tambours en peau de bête à l’époque du paléolithique bien que ceux-ci n’aient pas pu être conservés. Les tambours étaient alors utilisés dans le cadre de rituels de transe ou de magie. 

Parmi les nations amérindiennes, le tambour est sans aucun doute l’instrument le plus répandu et utilisé. Il s’intègre dans une vision du monde en relation avec le vivant. Le tambour est alors le symbole de l’harmonie du cœur avec la terre-mère. Longtemps interdit par l’Eglise catholique, jugé comme «maléfique», le tambour a aujourd’hui repris sa place au centre des cérémonies amérindiennes.

Maison amérindienne utilisée lors des cérémonies (« Long House »)

Certains récits racontent que les premiers tambours chamaniques auraient été associés aux femmes. Ce seraient les femmes qui auraient compris en premier que le rythme du tambour correspondait au rythme du cœur.

Tambour chamanique, à quoi ça sert?

  • Se synchroniser avec le rythme de l’univers. Le rythme du tambour chamanique se marie à merveille avec les mouvements d’expansion-concentration de l’univers. C’est pour cette raison que dans les traditions, les peuples l’utilisent comme un instrument d’harmonisation. 
  • Entrer dans la transe. En Mongolie et en Sibérie, le tambour est l’instrument privilégié pour induire des états de transe. Le rythme du tambour, rappelant les battements du cœur, associé au son, induit des états modifiés de conscience.
  • Se relier avec les esprits. Le tambour est la demeure des esprits qui ont choisis de l’habiter. Le chamane va activer ces esprits lors de ses soins.
  • Se relier avec son animal Totem. Le tambour permet d’entrer en contact avec son animal totem. 
  • Développer l’ancrage. Le son puissant des tambours chamaniques favorise l’ancrage. Il permet de se recentrer sur soi. 
  • Lâcher prise avec le mental. Les sons de tambours chamaniques permettent un retour aux sensations corporelles. Elles produisent naturellement un état de relaxation. 
  • Soulager les tensions corporelles. Les qualités vibratoires de bons tambours chamaniques ont le pouvoir de détendre le corps. Elles permettent d’activer la circulation sanguine et énergétique.
  • Se relier à ses émotions. Un processus de synchronisation corps-esprit s’opère lorsqu’on joue du tambour. Nous apprenons alors à nous relier à nos émotions et retrouver l’intelligence du cœur. 
tambours-chamaniques-image-collection

La préparation du tambour

Vous pouvez purifier le tambour de ses mauvaises vibrations en passant de la fumée de sauge autour. Il est également possible de le personnaliser en y ajoutant un accessoire ( tissu, pierre précieuse, coquillage…) et faire de même avec votre mailloche.

Sauge séchée

Traditionnellement, dans la cérémonie chamanique, les fumigations avec des herbes, fleurs ou plantes séchées permettent de purifier un endroit ou un objet de ses énergies négatives. Souvent ces rituels sont accompagnés de prières, permettant de créer les conditions d’un environnement propice au soin et à la guérison. 

Mode d’emploi pour jouer du tambour chamanique 

Tout d’abord le tambour se tient par le cordage en fil d’araignée situé à l’arrière du tambour comme l’illustre la photo ci-dessous :

Tambour Eric Merry en Peau de Cerf – Diamètre de 35 cm

Vous pouvez jouer du tambour assis ou bien debout suivant le contexte d’utilisation. 

Ensuite vous allez pouvoir commencer à jouer du tambour en utilisant une mailloche pour le faire chanter. 

Le clef ensuite est de trouver le bon rythme afin d’entrer en résonance avec le tambour. Vous pouvez commencer à frapper le tambour avec la mailloche en faisant par un rythme lent. 

L’important à ce stade est de s’imprégner des vibrations du tambour. Ceci va permettre de lâcher prise avec le mental et revenir aux sensations corporelles. 

Au fur et à mesure de la pratique, le son du tambour va se synchroniser avec votre cœur afin d’entrer en unisson avec celui-ci. 

La difficulté lorsqu’on joue du tambour chamanique pour la première fois peut être de garder le rythme. Pour palier à cette difficulté, il est possible de frapper 4 coups en prenant appui sur le premier temps. Ceci permet de conserver une bonne assise rythmique tout au long de la pratique. 

Je joue là un tambour en peau de cerf de 35 Cm.

C’est en étant à l’écoute de votre cœur que vous parviendrez au fil de la pratique à trouver votre propre rythme.

Afin d’avoir une idée de la longueur de la pratique, il est conseillé de viser 20 minutes afin d’observer des effets concrets dans sa vie. 

Toutefois il n’y a pas de règle stricte en terme de durée. 

Entretien du tambour chamanique 

Le tambour est un instrument 100% organique. Bien que les tambours fabriqués de façon artisanale soient réputés pour être particulièrement robustes, il est recommandé d’en prendre soin. 

Toute peau naturelle est très sensible aux variations de température et d’humidité. En cas de forte exposition au chaud et au sec, le son du tambour aura tendance à devenir plus aigu. A l’inverse, lorsque le tambour est exposé à de l’humidification ou du froid, la peau aura tendance à se détendre, ce qui produira un son plus grave. 

Technique pour obtenir un son plus aiguë :

Afin de tendre la peau, vous pouvez laisser le tambour près d’une source de chaleur une vingtaine de minute (près d’un radiateur ou bien au soleil). 

Technique pour obtenir un son plus grave : 

Verser une tasse à café d’eau froide à l’intérieur du tambour en laissant la peau s’imbiber. Vous pouvez frotter l’eau sur la peau avec la main afin d’améliorer l’imprégnation. Ensuite essayer de faire sonner à nouveau le tambour. Celui-ci devrait produire un son plus grave. Vous pouvez reproduire l’opération à nouveau afin d’obtenir le son escompté. 

Quelques recommandations générales : 

  • Éviter de laisser le tambour près d’une source de chaleur trop longtemps, ceci risquerait de l’abîmer. 
  • Ne pas laisser le tambour dans le coffre d’une voiture. 
  • Ne pas accrocher le tambour sur un radiateur. 
  • Conserver le tambour dans une housse de protection. 

Conclusion 

Le tambour chamanique est le compagnon du chamane dans la transe. Le son puissant qu’il produit, associé au rythme, favorise les états modifiés de conscience, permettant d’accéder à des perceptions extrasensorielles. Chacun est amené à construire une relation personnelle avec son tambour chamanique. Au fil de la pratique, vous apprendrez à nouer une relation intime avec le tambour, vous aidant à ouvrir votre cœur et entrer en harmonie avec l’univers. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.