Guide de la musicothérapie: la musique et les sons pour guérir

Nous savons depuis des milliers d’années que la musique a une influence sur nous. La musique peut nous faire ressentir de la gaieté, de l’excitation ou de la mélancolie. Certaines musiques peuvent même nous donner la chaire de poule. Cette réaction est liée à la libération d’endorphine agissant comme anti-douleurs. 

Très populaire ces dernières années, la musicothérapie consiste en l’utilisation de la musique à des fins thérapeutiques. Elle est utilisé maintenant depuis une dizaine d’années dans certains services hospitaliers afin d’aider les patients à se détendre, se relaxer. Elle permet aux individus de retrouver leur potentiel énergétique par une libération des blocages physiques, émotionnels ou mentaux. 

Origines de la musicothérapie 

La musicothérapie a une histoire ancienne. La première allusion historique fait au pouvoir de guérison de la musique provient de la Bible dans le livre de Samuel. Dans un épisode, le roi d’Israël, Saül est tourmenté par l’esprit de Dieu. Afin de le soulager, il fait venir à lui un Berger du nom de David qui lui joue un air de  harpe. Les sons de la harpes produise alors un soulagement au roi d’israël contre le mauvais esprit. 

Fresque de musiciens en Grèce Antique

En Grece antique, la musique était reconnue pour influencer l’humeur. Aristote et Platon font fait référence aux effets curatifs de la musique. Par la suite, Pythagore et ses disciple mettent au point une musicothérapie afin d’harmoniser l’humanité avec les spère célestes.

Puis au Vième siècle AV JC les sages taoïstes développent une correspondance entre les organes et des sons spécifiques. Ils mettent au point la technique des 6 sons de guérisons, permettant de chasser le Qi négatif et soulager les organes du corps. 

Comment agit la musicothérapie?

La musicothérapie appartient au champ des thérapies holistiques. Elle agit sur l’être humain dans sa globalité, sur un plan physique, émotionnel, mental, vibratoire et spirituel. La musique joue un rôle de liaison entre le corps et l’esprit, favorisant le recentrage. Selon le musicien, compositeur et pédagogue Jacques Dalcoze, «C’est la réunion de ces trois mouvements de l’être que sont le geste (expression du corps), le verbe (expression de la voie), et le son (expression de l’âme).»

Une action sur le corps 

  • La musique produit un effet vibratoire sur le corps qui influence notre rythme respiratoire. Certains thérapeute parviennent à utiliser la musique pour ralentir le rythme cardiaque de certains patients en  détresse. La musique a une action entraînante sur le corps, favorisant la relaxation et la détente. 
  • La musique agit sur la coordination motrice. Elle s’utilise notamment dans le cadre de la  récupération fonctionnelle des personne ayant subi un accident. 

Une action sur les émotions

La musique agit sur les zones émotionnelles du cerveau. Elle aide les individus a se libérer de certaines tensions émotionnelles. Les personnes ayant vécues des expériences traumatiques sont conduit à refouler leurs sentiments et leurs émotions. La musique permet de favoriser l’extériorisation des sentiments et des émotions de façon à les apprivoiser, les reconnaître, puis les verbaliser. 

L’action de la musique sur les émotions contribue à améliorer les relations sociales des patients. Chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, les séances de thérapie musicale favorisent l’accroissement du bien-être, de la confiance, des capacités de communication, et de l’attention. L’ensemble de ces bénéfices sur la santé psycho-émotionnelle du patient atteint de Parkinson permet d’améliorer ses relations avec son entourage. 

Une action sur l’esprit

Au XXième siècle, la musicothérapie est utilisée après la seconde guerre mondiale, afin de soulager les soldats revenant du front souffrant de symptômes post-traumatiques. Les médecines font alors écouter des concerts de musique classique et particulièrement des morceaux de Jean Sébastien Bach afin de soulager leur traumatismes. 

Une action sur l’âme

En Grèce Antique, la musique pouvait s’employer comme catharsis, c’est à dire comme moyen de se libérer de certaines émotions négatives afin de purifier l’âme.  

La musicothérapie dans les neurosciences

Une des caractéristique importante de la musique est son interaction avec divers régions du cerveau. Les sons ont une influence sur le fonctionnement cérébral. Des études récentes en neuroimagerie ont pu établir que la musique pouvait constituer un média privilégié dans le traitement de maladies neurologiques. La musique favorise la neuroplasticité par l’activation de trois principes :

  • La modulation de la dopamine. La musique augmente l’activité des réseaux de récompense liés à la dopamine.
  • La synchronisation de l’activité neuronale. La musique agit sur la synchronisation de l’activité neuronale des comportements non musicaux. 
  • La réduction du bruit. La diminution du signaux acoustique par le musicothérpauete auprès de son patient favorise la neuroplasticité.

Les bienfaits de la musicothérapie 

Un nombre de recherches importantes attestent que la musicothérapie possède de nombreux avantages dans l’accompagnement médical ainsi que l’amélioration du confort de vie :

  • Diminution de l’anxiété et de l’inconfort pendant les interventions. Des essais cliniques contrôlés sur des personnes ayant subit une coloscopie ou une opération du genou, ont pu attester que l’écoute de musiques après l’intervention médicale permettait d’apaiser l’anxiété et réduire les besoins de sédatifs. De plus, les personnes ayant écouté de la musique dans la salle d’opération ont déclaré être moins gênées pendant leur intervention.
  • Restauration de la parole perdue. La musicothérapie peut aider les personnes qui se remettent d’un accident vasculaire cérébral ou d’une lésion cérébrale traumatique ayant endommagé la région du cerveau gauche responsable de la parole. Comme la capacité de chanter provient du côté droit du cerveau, les personnes peuvent contourner la lésion du côté gauche du cerveau en chantant d’abord leurs pensées puis en abandonnant progressivement la mélodie. L’ancienne représentante américaine Gabby Giffords a utilisé cette technique pour lui permettre de témoigner devant une commission du Congrès deux ans après qu’une blessure par balle au cerveau ait détruit sa capacité à parler.
  • Diminution des effets secondaires du traitement du cancer. L’écoute de la musique réduit l’anxiété associée à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Elle peut également atténuer les nausées et les vomissements des patients qui reçoivent une chimiothérapie.
  • Aide à la thérapie physique et à la réadaptation. Si vous faites de l’exercice sur une liste de lecture, vous avez probablement remarqué que la musique vous aide à respecter votre routine. En fait, une analyse de plusieurs études réalisée en 2011 suggère que la musicothérapie améliore le fonctionnement physique, psychologique, cognitif et émotionnel des personnes pendant les programmes de réadaptation physique.
  • Aide au soulagement de la douleur. La musicothérapie a été testée chez divers patients, allant de ceux qui souffrent de douleurs intenses à court terme à ceux qui souffrent de douleurs chroniques dues à l’arthrite. Dans l’ensemble, la musicothérapie diminue la perception de la douleur, réduit la quantité d’analgésiques nécessaires, aide à soulager la dépression chez les patients souffrant de douleurs et leur donne le sentiment de mieux contrôler leur douleur.
  • Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de démence. Comme la capacité de s’adonner à la musique reste intacte tard dans le processus de la maladie, la musicothérapie peut aider à évoquer des souvenirs, à réduire l’agitation, à faciliter la communication et à améliorer la coordination physique.

Les deux grandes approches en musicothérapie

Il existe deux grandes approches dans le soin en musicothérapie :

  • L’approche active. Dans cette approche, l’individu est acteur dans le processus thérapeutique. Cela peut passer par l’improvisation instrumentale, des techniques de chants, la composition de chansons, ou l’exécutions de mouvements coordonnés à la musique. Cette approche inclut souvent l’utilisation d’instruments de musique. 
  • L’approche réceptive. Lors de ce processus, la personne écoute simplement la musique. Cette approche réceptive analytique est utilisée comme support pour notamment pour la psychothérapie analytique. Elle se laisse imprégner par les vibrations. La musique agit sur les émotions, parfois refoulées ou oubliées. 
  • La relaxation psychomusicale. Dans cette approche le thérapeute crée un montage sonore spécifique dans le but de favoriser la relaxation physique et psychique du patient. 

Les différents types de musicothérapie

La méthode Bonny d’IGM (imagerie guidée et de musique). 

Celle-ci a été développée par la musicothérapeute Helen Lindquist Bonny. Cette technique utilise l’imagerie guidée avec de la musique pour de travailler sur des problème connexe du patient. La musique joue un rôle essentiel dans la thérapie et peut être appelée « co-thérapeute ». Les besoins et les objectifs individuels du patient influencent la musique choisie pour la séance.

L’eurythmie Dalcroze

Cette méthode est développé par le musicothérapeute Jaques-Dalcroze. Elle consiste à utiliser le rythme, la structure et l’expression du mouvement dans le processus d’apprentissage. Cette méthode favorise la conscience physique. Elle aide énormément les patients qui ont des difficultés motrices. Elle améliore également la fonction perceptive, la formation de concepts, les capacités motrices et les capacités d’apprentissage dans un cadre thérapeutique.

La thérapie musicale neurologique (NMT)

Cette thérapie se s’appuie sur les recherches en neurosciences. Elle a été conçue en prenant en compte la perception et la production de la musique ainsi que son influence sur le fonctionnement du cerveau et les comportements. Elle utilise la variation dans le cerveau avec et sans musique et la font évoluer afin d’évoquer les changements cérébraux qui affectent le patient. Il a été affirmé que ce type de thérapie musicale altere et stimule le cerveau en s’engageant avec la musique. Ce type de thérapie peut être utilisée pour afin de renforcer les capacités motrices.

Orff-Schulwerk 

Cette approche de la musicothérapie est développée par Gertrude Orff, musicothérapeute allemande. Cette thérapeute a l’idée de développer cette technique lorsqu’elle prend conscience que la médecine seule ne suffit à aider les enfants présentant des retards de développement et des handicaps. Schulwerk signifie littéralement « travail scolaire ». Cette approche utilise la musique pour aider les enfants à améliorer leur capacité d’apprentissage. Cette méthode souligne également l’importance de la psychologie humaniste et utilise la musique comme moyen d’améliorer l’interaction entre le patient et les autres personnes. 

Les différentes techniques utilisées en musicothérapie

Il existe de nombreuses façons de techniques en musicothérapie. Celles-ci peuvent varier en fonction du thérapeute. Voici une liste des différentes techniques couramment utilisées :

  • Les Tambours de bois naturel. Ces tambours sont particulièrement utilisés dans les rituels chamaniques. Les rythmes et sons du tambour sont utilisés pour entrer dans des états de transe des afin d’entrer en relations avec les esprits.
  • Les bols chantants. Les bols chantants sont utilisées depuis la nuit des temps dans les rituels bouddhistes. Riches en harmoniques, il produisent des sons des puissantes vibrations, permettant de soulager des douleurs du corps et de l’esprit.
  • Les Gongs. Ces instruments sont très répandus en Asie. Leur son ponctue certaines cérémonies sacrées. Ils sont utilisées dans la pratique de la méditation bouddhiste et également dans le cadre de soins thérapeutiques.
  • Les diapasons thérapeutiques. Chaque diapason a une note ayant un effet thérapeutique spécifique.
  • Le Djembe et didgeridoo. Ce sont des instruments traditionnels africains utilisés depuis la nuit des temps. Ils permettent de provoquer des états modifiés de consciences.
  • L’écoute de musique en direct ou enregistrée. Le thérapeute choisis des séquences sonores spécifiques en fonction de son patient.
  • Les techniques de relaxation assistées par la musique, comme la relaxation musculaire progressive ou la respiration profonde
  • Le chant d’airs de musique populaires en groupe.
  • L’improvisation musicale à l’aide d’instrument de musiques simples
  • L’écriture de paroles de chansons
  • L’apprentissage d’instruments de musique, comme le piano ou la guitare
  • La danse ou des mouvements sur de la musique enregistrée
gong-tibet-asiatique

Conclusion

La musicothérapie est une pratique de guérison à l’origine ancestrale. Elle possède une action sur la globalité de l’être, ce qui rend son champ d’action très vaste. Les recherches en neurosciences ont permis d’établir que la musique favorisait la neuroplasticité. Ceci rend possible des transformations en profondeur de l’être. Autrefois utilisées afin de soulager douleurs mentales et les symptômes post-traumatiques, la musicothérapie est aujourd’hui utilisée dans certains services hospitaliers afin de soulager de nombreux troubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *